Sondage relation sexuelle : vous êtes à la hauteur ?

Ce sondage spécial sur le sexe réalisé en 2002 par l’Observateur révèle tous les résultats sur les questions de relations sexuelles. Enquête du Dimanche 27 octobre 2002 par L’observateur. Quantité et qualité !

 

Comment définiriez-vous votre sexualité ?

Hétérosexuel : 93 %.

Homosexuels : 3

Bisexuel : 3

Ne sait pas : 1 %.

 

A quel âge avez-vous perdu votre virginité ?

Moins de 12 ans 1

12-13 8%

14-15 23%

16-18 40%

19-20 13%

21-24 10%

25-30 2%

Jamais eu de rapports sexuels 3

 

Les hommes ont tendance à perdre leur virginité avant les femmes, bien que la différence ne soit pas grande (âge moyen 16 et 17 ans respectivement). Les Britanniques perdent leur virginité plus jeunes que par le passé : pour les plus de 55 ans, l’âge moyen était de 19 ans ; dans le groupe des 25-34 ans, de 16 ans ; et parmi les 16-24 ans, de 15 ans. Les Londoniens perdent leur virginité plus tard que ceux qui vivent dans une autre région (18). Au total, 32% des Britanniques ont perdu leur virginité avant l’âge légal de consentement de 16 ans.

 

Combien de partenaires sexuels avez-vous eus ?

Aucun 3 % 3

1 15%

2 11%

3 10%

4 9%

5 9%

6-10 20%

11-15 8%

16-20 6%

20+ 9%

 

Le Britannique moyen a eu 10 partenaires sexuels. Il y a une répartition distincte selon le sexe, la moyenne chez les hommes étant presque le double de celle des femmes (13 et 7 respectivement). Le groupe des 35-44 ans est le plus promiscuaire (13 ans en moyenne), tandis que les plus de 65 ans ont eu le moins de partenaires sexuels (5 en moyenne). Les gens du Pays de Galles sont les plus promiscues (13) tandis que ceux du Yorkshire et de Humberside ont le moins de partenaires sexuels (6). Seulement 23% des Britanniques ont eu plus de 10 partenaires sexuels (32% des hommes et 15% des femmes).

 

Êtes-vous actuellement dans une relation stable ?

Oui 66 %

Non 34

 

Si oui, depuis combien de temps êtes-vous dans votre relation actuelle ?

Moins de 6 mois 6 % 6

6 mois-1 an 6

1 à 2 ans 8 % 8

2 à 3 ans 8 % 8

3 à 5 ans 10 % 10

5 à 10 ans 17 % 17

10-15 ans 11 % 11

15-20 ans 8 % 8

20 à 30 ans 11 % 11

Plus de 30 ans 15 % 15

 

66% des adultes britanniques sont actuellement dans une relation stable. Même dans le groupe d’âge le plus jeune (16-24 ans), 49% sont dans une relation stable. La durée moyenne des relations est d’un peu moins de 13 ans. Il n’est pas surprenant de constater qu’il existe une corrélation entre l’âge et la durée de la relation, mais même chez les personnes relativement jeunes (25-34 ans), la durée moyenne de leur relation actuelle est de 5,3 ans.

 

Combien de fois par mois faites-vous l’amour ?

Aucune 23 % 23

1-5 26%

6-10 27%

11-15 10%

16-20 7%

21-25 2%

26-30 2%

31+ 3%

 

Le Britannique moyen a des rapports sexuels huit fois par mois, bien que ce chiffre inclut les 23% de Britanniques qui n’ont pas de sexe dans un mois moyen.

 

Es-tu heureuse avec ta vie sexuelle ?

Oui 71 %

Non 29%

 

Malgré des rapports sexuels moins fréquents, les Britanniques mariés sont plus heureux de leur vie sexuelle que les célibataires (84% et 64% respectivement). Parmi ceux qui vivent une relation stable, 85% sont satisfaits de leur vie sexuelle.

 

Comment évaluez-vous votre libido ?

Très élevé (5) 22 % Très élevé (5) 22

Élevé 27 % Élevé

Moyenne 32

Faible 10

Très faible (1) 9

Cote moyenne de la libido : 3.44

 

Comment évaluez-vous votre performance ?

Très bon amant (5) 23%

Bon 33 % Bon

Moyenne 39

Faible 4 % Faible

Amant très pauvre (1) 1 % 1

Cote moyenne du rendement : 3.72

 

Et la performance de votre dernier partenaire ?

Très bon amant (5) 31

Bon 27 % 27

Moyenne 33

Faible 5

Amant très pauvre (1) 4 %.

Cote moyenne du partenaire récent :   3.76

 

Les personnes âgées de 16 à 24 ans ont la plus grande libido (30 % sont  » très élevées « ) tandis que chaque groupe d’âge successif a une libido plus faible. Chez les plus de 65 ans, seulement 9 % ont une libido  » très élevée « . Fait intéressant, les célibataires sont presque deux fois plus susceptibles d’avoir une libido  » très élevée  » que les personnes mariées (31 % et 16 % respectivement), ce qui suggère que la familiarité engendre l’ennui et, éventuellement, le manque d’intérêt.

Les Britanniques se considèrent comme de bons amants. Seulement 1% d’entre eux se considèrent  » très pauvres « . Il peut s’agir d’une bravade juvénile ou d’une exubérance pure et simple, mais le groupe d’âge le plus susceptible de se considérer comme  » très bon  » amoureux est celui des 16-24 ans (30%). Les Britanniques célibataires sont plus susceptibles de se considérer comme de bons amants que leurs homologues mariés : 30% des célibataires se considèrent comme de  » très bons  » amants contre 17% des personnes mariées (ceux qui sont mariés sont susceptibles de se considérer comme  » moyens  » – 47%).

Les niveaux de satisfaction sexuelle semblent assez élevés, 58 % d’entre eux estimant que leur partenaire sexuel le plus récent est un amant  » bon  » ou  » très bon  » (27 % et 31 % respectivement). Fait peut-être surprenant, les femmes sont plus susceptibles d’être satisfaites du rendement de leur plus récent amant que les hommes : 63 % des femmes ont évalué le rendement comme  » bon  » comparativement à 54 % des hommes.

 

Êtes-vous satisfait de la taille de votre pénis ?

Oui 77 %

Non 23 %

 

Près d’un homme sur 4 (23%) est mécontent de la taille de son pénis. Les hommes âgés de 35 à 44 ans sont plus susceptibles de s’inquiéter de la taille du pénis (29 %), mais ces préoccupations ne diminuent pas avec l’âge puisque 26 % des plus de 65 ans sont également mécontents.

 

Avez-vous déjà utilisé des accessoires sexuels (comme des jouets sexuels) ?

Oui 42 %

Non 58 %

Les Britanniques âgés de 25 à 34 ans sont les plus susceptibles d’avoir utilisé des aides sexuelles (54 %), mais il y a un net recul dans le groupe des plus de 45 ans. Cependant, il y a peu de différence entre les sexes.

 

La fidélité : Avez-vous déjà été infidèle à votre partenaire actuel ?

Oui 18

Non 82%

 

Lequel des énoncés suivants décrit le mieux à quelle fréquence vous avez été infidèle ? (demandé à ceux qui ont été infidèles)

Seulement une fois 33%

Rarement 25

Occasionnellement 27

Régulièrement 15%

 

Les hommes sont plus susceptibles d’avoir été infidèles que les femmes (22 % et 13 % respectivement). Les Londoniens sont les moins susceptibles de tricher (7%) tandis que les Écossais sont les plus susceptibles d’être infidèles (34%).

La majorité de ceux qui ont été infidèles à leur partenaire actuel ont triché plus d’une fois. Seulement 33% de ceux qui ont été infidèles à leur partenaire disent que l’infidélité ne s’est produite  » qu’une seule fois « . Les femmes sont plus susceptibles de s’être égarées une seule fois – 40 % des femmes qui ont été infidèles disent que cela ne s’est produit qu’une seule fois comparativement à 29 % des hommes.

 

Avez-vous déjà été infidèle avec un ami de votre partenaire ou quelqu’un que votre partenaire connaît ? (demandé à ceux qui ont été infidèles)

Oui 45

Non 55 %

 

Prouvant que la source des problèmes est souvent proche de la maison, 45% de ceux qui ont triché ont été infidèles avec quelqu’un qui est soit un ami de leur partenaire ou connu de leur partenaire. Il y a peu de différence entre les sexes à cet égard avec 47% des hommes et 41% des femmes qui trichent avec quelqu’un qui est connu de leur partenaire.

 

Votre connaissance, votre partenaire actuel vous a-t-il déjà été infidèle ?

Oui 11

Non 76 %.

Ne sait pas 13 %

 

11 % des personnes vivant une relation stable croient que leur partenaire actuel les a trompées, tandis que 13 % sont incertaines. Suggérant que nous avons tendance à juger les autres selon nos propres normes de comportement, 25% de ceux qui ont été infidèles eux-mêmes croient aussi que leur partenaire a été infidèle. 26 % sont incertains.

 

Avez-vous déjà eu une aventure d’un soir ?

Oui 51 %

Non 49%

 

Avez-vous déjà couché avec quelqu’un dont vous ne connaissiez pas le nom ?

Oui 21 %

Non 79%

63% des hommes et 39% des femmes ont eu des aventures d’un soir. Ceux qui vivent dans le Nord sont les plus susceptibles de l’avoir fait (64 %). 35 % des hommes et seulement 8 % des femmes ont couché avec une personne dont ils ignoraient le nom. Le groupe d’âge le plus susceptible d’avoir fait cela est celui des 25-34 ans (33 %).

 

Croyez-vous que la monogamie est naturelle ?

Oui 74 %

Non 26 %

 

Croyez-vous que la monogamie est souhaitable ?

Oui 83 %

Non 17 %

Les Britanniques croient en la monogamie, bien que parmi ceux qui ont trompé leur partenaire actuel, seulement 32% pensent que la monogamie est naturelle et 52% pensent que la monogamie est souhaitable. Une fois de plus, il y a une répartition distincte selon le sexe : 68 % des hommes et 80 % des femmes considèrent la monogamie comme naturelle. Cependant, l’écart entre les sexes est moins prononcé pour ce qui est de considérer la monogamie comme souhaitable (79 % des hommes et 86 % des femmes). Les Britanniques plus âgés sont beaucoup plus enclins à considérer la monogamie comme naturelle et souhaitable : 84% des plus de 65 ans considèrent la monogamie comme naturelle et 91% comme souhaitable.

 

Parmi les différentes composantes d’un mariage ou d’une relation, laquelle, selon vous, est la plus importante ?

Fiducie 59

Conversation/communication 20

Sexe 7 % Sexe

Humour 6% Humour

Égalité 5

L’argent 3 % L’argent 3

 

Les Britanniques sont majoritairement d’avis que l’aspect le plus important d’une relation réussie est la confiance. Le sexe était considéré comme le troisième aspect le plus important, mais n’a été choisi que par 7 % des répondants. Cependant, les hommes sont plus de deux fois plus susceptibles que les femmes de la considérer comme l’aspect le plus important d’une relation, et l’âge fait une différence significative. En vieillissant, les gens sont moins enclins à considérer le sexe comme important. Les célibataires sont également deux fois plus susceptibles de considérer le sexe comme l’aspect le plus important d’une relation (12 % et 5 % respectivement).

 

Est-il possible de maintenir un mariage ou une relation heureuse sans sexe ?

Oui 49 %

Non 51 %

Il semble juste de suggérer que bon nombre de ceux qui partagent ce point de vue ont eu l’expérience personnelle d’une relation sans sexe. Les femmes sont plus susceptibles de croire qu’une relation heureuse peut être maintenue sans relations sexuelles (55 % comparativement à 42 %). 55% des Britanniques mariés pensent que le sexe n’est pas nécessaire pour maintenir une relation heureuse alors que seulement 35% des célibataires sont d’accord.

 

Avez-vous des amis proches du sexe opposé ?

Oui 78 %

Non 22 %

Les jeunes Britanniques sont plus susceptibles d’avoir des amis proches du sexe opposé et les hommes sont légèrement plus susceptibles d’avoir des amies proches que l’inverse (81% et 73% respectivement).

 

Êtes-vous attiré sexuellement par vos amis intimes du sexe opposé ? (question posée à tous ceux qui ont répondu oui à ce qui précède)

Oui, tous 2 % d’entre eux

Oui, certains d’entre eux 48%.

Non 50 %

 

Les hommes sont plus susceptibles que les femmes d’être attirés sexuellement par des amis du sexe opposé : 65 % d’entre eux sont attirés par au moins certaines de leurs amies, alors qu’il en va de même pour seulement 35 % des femmes par rapport aux hommes.

 

Au travail : avez-vous déjà couché avec une collègue de travail ?

Oui 31 %

Non 69%

 

Avez-vous déjà eu des rapports sexuels sur votre lieu de travail ?

Oui, avec un collègue de travail 15 % Oui, avec un collègue de travail 15

Oui, avec quelqu’un qui n’y travaillait pas 5%.

Non 80%

 

Coucheriez-vous un jour avec quelqu’un pour faire avancer votre carrière ?

Oui 18

Non 82%

Les hommes sont plus susceptibles que les femmes d’avoir eu des rapports sexuels avec leurs collègues de travail (39% et 23% respectivement) et sont presque trois fois plus susceptibles d’en avoir eu sur leur lieu de travail (28% et 10% respectivement).

Si l’on considère la grande proportion de Britanniques qui envisageraient d’avoir des relations sexuelles contre de l’argent, il n’est pas surprenant que 18% d’entre eux coucheraient avec quelqu’un s’ils pensaient que cela améliorerait leurs perspectives de carrière. Les hommes sont beaucoup plus susceptibles de faire ce  » sacrifice  » pour le bien de leur carrière (31% contre 7%). Alors que les célibataires sont presque trois fois plus susceptibles d’utiliser le sexe pour améliorer leurs perspectives de carrière, 10% des Britanniques mariés feraient de même. Ce sont les jeunes et les ambitieux, par opposition aux personnes d’âge moyen et sédentaires, qui sont les mieux préparés à s’endormir pour atteindre le sommet. Près d’un tiers des 16-24 ans (31%) auraient des relations sexuelles pour faire avancer leur carrière. 33 % de ceux qui ont déjà couché avec un collègue de travail auraient eu des relations sexuelles pour faire avancer leur carrière, ce qui soulève le soupçon qu’il y avait peut-être une arrière-pensée à certains de leurs exploits antérieurs.

 

Payer pour cela : Avez-vous déjà rendu visite à une prostituée ?

Oui 8

Non 92 %

 

Envisageriez-vous de payer pour du sexe ? (question posée à ceux qui ont dit non à ce qui précède)

Oui 7

Non 93 %

 

Envisageriez-vous d’avoir des relations sexuelles contre de l’argent si le montant offert était suffisamment élevé ? (demandé à tout le monde)

Oui, certainement 22%.

Oui, considérerait que c’est 19%

Non 59%

 

La prostitution doit-elle être légalisée ?

Oui 61 %

Non 39 %.

15 % de tous les hommes ont visité une prostituée ; il en va de même pour 1 % des femmes. Le recours aux prostituées n’est pas limité aux célibataires et aux solitaires puisque 6% des Britanniques mariés en ont visité une. Le groupe des 35 à 44 ans est le plus susceptible d’avoir rendu visite à une prostituée (10 %). Les Londoniens sont les plus susceptibles d’avoir rendu visite à une prostituée (13 %).

Parmi les Britanniques qui n’ont jamais rendu visite à une prostituée, 7 % envisageraient de le faire : 15 % des hommes qui n’ont pas rendu visite à une prostituée envisageraient de le faire à l’avenir, ce qui signifie que 30 % de tous les hommes britanniques ont déjà rendu visite à une prostituée ou le feraient.

En ce qui concerne la vente de services sexuels, les hommes sont plus de deux fois plus susceptibles que les femmes de vendre leurs services sexuels – 37 % des hommes vendraient leurs services et un autre 20 % les considéreraient. En comparaison, seulement 8% des femmes vendraient leur corps pour une somme suffisamment importante et 18% l’envisageraient.

Une large majorité est favorable à la légalisation de la prostitution. Alors que les hommes sont plus enclins à favoriser la légalisation (70%), une majorité de femmes (53%) y sont également favorables. Les plus jeunes et les plus âgés sont les deux seuls groupes d’âge qui sont les plus susceptibles de s’opposer à la légalisation : 54% des 16-24 ans et 51% des 65 ans et plus s’opposent à la légalisation.

 

Gay : Avez-vous déjà eu des contacts sexuels avec une personne du même sexe ?

Oui 11

Non 89 %.

 

Le sexe homosexuel devrait-il être rendu illégal ?

Oui 23 %

Non 77 %

 

Les couples de même sexe devraient-ils être autorisés à se marier ?

Oui 50

Non 50 %

 

Les couples de même sexe devraient-ils être autorisés à adopter des enfants ?

Oui 41 %

Non 59%

 

L’âge du consentement aux relations homosexuelles devrait-il être le même que celui des relations hétérosexuelles ?

Oui 58 %

Non 42 %.

Alors que seulement 6 % se classent comme homosexuels ou bisexuels, 11 % disent avoir eu des contacts sexuels avec une personne du même sexe.

Les autres réponses révèlent des points de vue assez polarisés. Malgré l’absorption progressive de la culture gay dans le courant dominant, il reste une minorité significative de Britanniques farouchement opposés à l’homosexualité. Près d’une personne sur quatre (23 %) croit que le sexe gai devrait être rendu illégal. Ce qui est surprenant à ce sujet, c’est l’appui que cette suggestion suscite dans tout l’éventail des âges. Alors que les plus de 65 ans sont les plus susceptibles d’être en faveur de la criminalisation du sexe homosexuel (40 %), une proportion significative du groupe des 16-24 ans est d’accord (27 %). Les hommes sont plus de deux fois plus susceptibles que les femmes d’appuyer cette idée (32 % et 14 %). Pourtant, une majorité de Britanniques (58 %) croient que l’âge du consentement aux relations homosexuelles devrait être abaissé au même niveau que celui des relations hétérosexuelles.

La moitié d’entre nous croient que les couples de même sexe devraient pouvoir se marier, et 41 p. 100 estiment qu’ils devraient pouvoir adopter des enfants. En ce qui concerne toutes ces questions, les femmes sont nettement plus libérales. La classe sociale est également un déterminant d’opinion dans une certaine mesure avec les adultes ABC1 généralement plus susceptibles que les C2DE d’épouser le libéralisme.

 

Rapports sexuels protégés : quelle forme de contraception utilisez-vous ?

Aucune, laisser à mon partenaire 32 %.

Préservatifs 31

La pilule 21

Bobine 3

Autres 13

 

Avez-vous déjà eu une maladie sexuellement transmissible ?

Oui 9 % 9

Non 91 %

 

Avez-vous déjà subi un test de dépistage du VIH ?

Oui 13

Non 87 %

 

Dans quelle mesure êtes-vous préoccupé par les maladies sexuellement transmissibles en général ?

Très 20 %

Assez 32 % Assez bien

Pas particulièrement 22%

Pas du tout 26 %

 

Les hommes sont plus de deux fois plus susceptibles que les femmes d’avoir eu une MST (13% et 6% respectivement) – probablement un rejection du plus grand nombre moyen de partenaires sexuels chez les hommes.

Les hommes sont également plus susceptibles d’avoir subi un test de dépistage du VIH (16 % et 10 % respectivement). En termes d’âge, le groupe des 25-44 ans est le plus susceptible d’avoir eu une MST (12%) tandis que le groupe des 25-34 ans est le plus susceptible d’avoir subi un test du VIH.

Bien qu’il existe une corrélation évidente entre les niveaux d’activité sexuelle et la peur de la maladie, il existe toujours une minorité importante de Britanniques sexuellement actifs qui se sentent invulnérables à la menace de la maladie.

Il est encourageant de constater que c’est le groupe d’âge le plus jeune (16-24 ans) qui est le plus préoccupé par les MST (69% sont  » assez  » ou  » très  » concernés).

 

Lequel des énoncés suivants correspondent le mieux à votre point de vue sur le VIH et le sida dans ce pays ?

 

Seuls les homosexuels et les consommateurs de drogues injectables sont exposés à un risque de contracter le VIH 5%.

Le VIH présentait un risque énorme dans le passé, mais il est maintenant sous contrôle 7%.

Tout le monde est à risque de contracter le VIH s’il ne prend pas de précautions 88 %.

Malgré les craintes d’une certaine complaisance face à la menace du VIH et du sida, la grande majorité des Britanniques (89%) reconnaissent que tout le monde est à risque d’infection s’ils ne prennent pas les précautions nécessaires.

 

Le Gouvernement devrait-il consacrer davantage de ressources à l’éducation et à l’information sur le VIH et les autres maladies sexuellement transmissibles ?

Oui 86 % Oui

Non 14 % Non

 

Pratiquez-vous toujours le sécurisexe avec un nouveau partenaire ?

Oui 70

Non 30

 

Bien que 89% d’entre nous reconnaissent que tout le monde est à risque de contracter le VIH et le sida, 30% disent qu’ils ne pratiquent pas systématiquement le sécurisexe avec de nouveaux partenaires. Les hommes sont presque deux fois plus susceptibles que les femmes d’admettre qu’ils ont des rapports sexuels non protégés avec de nouveaux partenaires (38% et 21% respectivement). Les 16-24 ans sont les moins susceptibles d’avoir des rapports sexuels non protégés avec de nouveaux partenaires (21%) tandis que les plus de 55 ans sont les moins susceptibles de prendre les précautions nécessaires.

Il est inquiétant de constater que 42 % des personnes qui ont contracté une MST par le passé n’ont pas de rapports sexuels protégés avec de nouveaux partenaires, alors que c’est également le cas de 31 % de celles qui ont subi un test de dépistage du VIH.

 

Les enfants à l’école reçoivent-ils….

Trop d’informations sur le sexe 13

Trop peu d’informations sur le sexe 49

À peu près la bonne quantité d’information sur le sexe 38

Les personnes les plus susceptibles d’être d’avis que les écoliers reçoivent des informations insuffisantes sont celles qui ont eu l’expérience personnelle la plus récente de l’éducation sexuelle : 65 % des 16-24 ans estiment que les enfants devraient recevoir davantage d’enseignement.

Chaque groupe d’âge successif est alors plus susceptible de penser que les enfants reçoivent trop d’éducation sexuelle à l’école. Un échantillon de 1027 adultes britanniques a été interviewé par ICM Research en août 2002. Les participants ont rempli un questionnaire confidentiel, placé dans une enveloppe scellée. Des entrevues ont été menées partout au pays et les résultats ont été pondérés en fonction du profil de tous les adultes.

f }