Garde d’enfants – qui s’applique au salaire, à l’assurance et aux impôts ?

Les gardiennes d’enfants devraient avoir une assurance responsabilité civile afin d’avoir une sécurité financière suffisante en cas d’accident. Mais ce n’est pas la seule précaution à prendre. Ce qui est important pour les parents et les personnes qui s’occupent des enfants.

Avec le petit dans le salon, il a trébuché et a atterri brutalement – ce qui n’est certainement pas rare lorsqu’il s’agit de garder les enfants. D’habitude, tout va bien après un court choc. Néanmoins : « Chaque baby-sitter devrait avoir une assurance responsabilité civile afin d’avoir une sécurité financière suffisante en cas d’accident », conseillent les experts de la Deutsche Vermögensberatung (DVAG). « Même si les parents n’utilisent la baby-sitter qu’occasionnellement et pas régulièrement. »

 

Ce que beaucoup ne savent pas non plus

Les parents de l’enfant sont même obligés d’inscrire leur baby-sitter auprès de l’assurance accident légale – au moins si l’activité de garde est un mini-emploi.

Les parents et les gardiennes d’enfants ont besoin d’une assurance responsabilité civile

L’assurance responsabilité civile de la baby-sitter – les jeunes sont généralement également assurés par l’intermédiaire de leurs parents – prend effet si elle endommage accidentellement les biens de la famille pendant la période de garde ou si elle est même responsable d’une blessure à l’enfant.

La gardienne peut également être couverte par l’assurance responsabilité civile familiale des parents de l’enfant pris en charge. En effet, elle protège contre les risques financiers de dommages corporels et matériels causés par le gardien à des tiers au cours de son travail.

En règle générale, toutes les aides ménagères, y compris la baby-sitter, sont couvertes par une assurance responsabilité familiale privée, qu’il existe ou non un contrat de travail. Néanmoins, les experts de la DVAG recommandent que les conditions de l’assurance responsabilité civile soient vérifiées à l’avance afin de s’assurer qu’il existe une protection suffisante.

 

Ce que la gardienne doit savoir

  • comment joindre les parents en cas d’urgence
  • si une personne proche peut être appelée en cas d’urgence
  • s’il peut recevoir des visiteurs ou regarder la télévision
  • s’il doit apporter ses propres boissons ou sa propre nourriture avec lui
  • où l’on peut trouver des couches, des ustensiles de cuisine et d’autres ustensiles.
  • si l’enfant ne tolère pas la nourriture ou s’il a d’autres allergies
  • que, d’un point de vue purement juridique, il n’est pas autorisé à fournir des soins médicaux aux enfants de moins de douze ans (c’est-à-dire qu’en théorie, il n’est même pas autorisé à coller du plâtre), mais dans ce cas, il informe leurs parents pour qu’ils puissent rentrer immédiatement chez eux.
  • la question de savoir si l’enfant doit ou peut être manipulé
  • quand il est l’heure d’aller au lit

 

Inscrire la baby-sitter à l’assurance accident obligatoire

L’assurance accident obligatoire protège contre les frais consécutifs si la baby-sitter est impliquée dans un accident pendant la période de soins et sur le trajet aller-retour. L’employeur privé est responsable de l’inscription à l’assurance accident obligatoire et les parents de l’enfant pris en charge sont responsables du gardiennage. Si la baby-sitter gagne moins de 450 euros par mois, les parents doivent le signaler au mini-job centre via la « procédure de contrôle du ménage ».

Cette dernière perçoit alors automatiquement deux fois par an auprès de l’employeur privé la cotisation uniforme d’assurance-accidents, soit 1,6 % du salaire, en même temps que les autres cotisations de sécurité sociale. Si le baby-sitter a plusieurs petits boulots ou s’il gagne plus de 450 euros par mois pour un travail de baby-sitter, il est entièrement responsable de l’assurance sociale et doit en payer une partie lui-même.

Les parents de l’enfant sont alors tenus de signaler directement la baby-sitter à l’institution responsable de l’assurance accidents pour le travail dans leur ménage. Il existe différentes institutions en fonction de l’État fédéral.

 

Qu’il s’agisse d’une fille au pair, d’une nourrice ou d’une baby-sitter – jusqu’à l’âge de 14 ans, les deux tiers des frais de garde d’enfants sont déductibles d’impôt. Photo : dpa

Si vous prenez soin de votre enfant à la maison, vous pourriez avoir droit à une allocation de garde d’enfants. Si, par exemple, une jeune fille au pair ou une gardienne d’enfants est temporairement affectée à la garde de la progéniture, ces coûts peuvent réduire la taxe en tant que dépenses spéciales. « Les parents n’ont pas à craindre que la déduction spéciale de dépense soit raccourcie à cause de l’argent de soin, Constanze Grüning de la fédération des contribuables clarifie et fait attention à une information brève appropriée du Ministère des Finances Schleswig-Holstein.

 

Salaire horaire des gardiennes d’enfants

La rémunération des gardiennes d’enfants est essentiellement une question de négociation. Les différences régionales jouent un rôle dans le salaire horaire ainsi que dans la situation financière des parents et le droit aux soins. Quelques numéros de référence :

 

De très jeunes baby-sitters travaillent déjà pour trois à quatre euros de l’heure.

Pour les jeunes de 16 à 18 ans, un salaire horaire de cinq à huit euros par heure est habituel. Dans les agglomérations comme Hambourg ou Munich, 10 à 15 euros de l’heure sont parfois facturés et – selon le degré de qualification de la baby-sitter – également payés. Pour les enfants nés après le 1er août 2012, les parents peuvent demander une allocation de garde s’ils s’occupent d’eux à la maison. Les parents qui, à l’occasion, font appel à une aide extérieure pour la garde de leurs enfants peuvent inclure les dépenses engagées à titre de dépenses spéciales dans leur déclaration de revenus. Par exemple, un maximum de 6000 euros peut être réclamé annuellement en frais de garde d’enfants. Sur ce montant, deux tiers des frais de soins, soit un maximum de 4000 euros, sont pris en compte à des fins fiscales.

Il est à noter qu’une fille au pair ou une nounou n’est pas payée en espèces. Les frais de garde d’enfants ne peuvent être pris en compte aux fins de l’impôt que si le paiement est effectué par l’intermédiaire d’un compte de la personne ou de l’établissement de garde. Cela a également été confirmé par la Cour fiscale fédérale. (gs/dpa)

f }