Debenhams supprime des emplois et ferme des magasins probablement après des ventes décevantes

Les détaillants britanniques luttent dans les grandes rues et dans les centres commerciaux avec des revenus en baisse alors que les acheteurs se déplacent en ligne.

Debenhams est de supprimer des emplois et d’envisager d’autres fermetures de magasins après une mauvaise période d’échanges commerciaux festifs qui a conduit à un avertissement important sur les bénéfices.

 

Les actions du grand magasin ont chuté de 15 % à 30 pence, le niveau le plus bas depuis la crise financière de 2008, après avoir averti que les ventes de cadeaux et de vêtements saisonniers avaient chuté malgré de fortes remises.

Les ventes ont chuté de 2,6 % dans les magasins établis de Debenhams au Royaume-Uni, ouverts depuis plus d’un an, au cours de la période de 17 semaines terminée le 30 décembre.

Dans une sombre déclaration sur sa performance commerciale de Noël

Publiée une semaine plus tôt que prévu, M. Debenhams a déclaré que les bénéfices seraient inférieurs d’environ 30% aux prévisions et a averti que l’environnement commercial actuel du Royaume-Uni était « volatile et hautement concurrentiel ». Les bénéfices pour l’ensemble de l’exercice devraient maintenant se situer entre 55 M£ et 65 M£, ce qui est nettement inférieur aux attentes de la Ville (83 M£).

L’avertissement sur les bénéfices a ravivé les craintes d’une sombre saison dans les hautes sphères après une annonce plus optimiste que prévu de la part de la chaîne rivale Next plus tôt dans la semaine.

Les actions des détaillants, y compris Marks & Spencer et Sports Direct, ont chuté après avoir augmenté après les chiffres meilleurs que prévu mercredi prochain. Les actions de Mothercare, Laura Ashley et Mulberry ont également été réduites jeudi.

Sports Direct de Mike Ashley a fait l’objet d’une double surveillance puisqu’il détient une participation de 21 % dans Debenhams et possède un certain nombre de points de vente dans les magasins de la chaîne de grands magasins. La chute du cours de l’action de Debenhams pourrait donner lieu à des spéculations sur une tentative de prise de contrôle par Ashley, dans le cadre de ses efforts visant à faire passer son groupe de vente au détail de l’équipement de sport de type  » pile-it-high  » à des lignes de vêtements plus luxueux.

 

De nouvelles données publiées vendredi

Elles indiquent que les ventes dans les grandes rues ont chuté de 2,3 % en décembre, la cinquième année consécutive de baisse. Les ventes dans le secteur de la mode de la grande distribution ont été particulièrement médiocres, avec une baisse de 3,8 % en décembre, marquant ainsi le troisième mois de baisse, selon la dernière enquête mensuelle réalisée auprès des moyennes chaînes de magasins par la société de conseil BDO.

En revanche, les ventes en ligne ont augmenté de 21,4 %, la semaine précédant la veille de Noël enregistrant une hausse de près de 40 %, les clients ayant confiance dans les livraisons de dernière minute, d’après BDO.

 

Les chiffres de BDO, Next et Debenhams indiquent que les détaillants qui ne disposent pas d’un service en ligne solide et qui ne sont pas très présents dans les centres commerciaux en voie de disparition et dans les grandes rues sont confrontés à de graves difficultés.

 

Debenhams ferme deux magasins

Il envisage d’en fermer jusqu’à huit autres dans le cadre de Sergio. Debenhams a déclaré qu’elle continuait de garder son patrimoine à l’étude. D’autres détaillants sont également en train de consolider leur parc de magasins, notamment Marks & Spencer et Toys R Us, qui devrait fermer au moins 26 magasins dans le cadre d’une procédure de faillite finalisée avant Noël.

La chaîne de mode américaine Forever 21 est censée fermer ses points de vente de Dublin et d’Amsterdam et revoir son patrimoine britannique après que les pertes britanniques aient explosé de près de 75% à 29 millions de livres sterling en 2016, selon les comptes déposés à Companies House cette semaine.

  1. Bucher a indiqué que M. Debenhams accélérait les plans de suppression d’emplois en simplifiant ses structures de gestion. Elle intensifiera également l’examen des tarifs des entreprises dans le cadre de son objectif d’économiser 10 millions de livres sterling supplémentaires cette année.
  2. Bucher a déclaré qu’il avait foi en son plan de redressement et qu’il était « optimiste quant à l’avenir de Debenhams », affirmant que l’entreprise avait augmenté ses ventes de produits de beauté et d’alimentation mais n’avait pas réussi à rendre ses cadeaux saisonniers suffisamment innovants ou haut de gamme pour repousser une forte concurrence et les remises.

Il a déclaré que Debenhams avait détenu des parts de marché dans le secteur de l’habillement, mais que les sommes dépensées par les consommateurs avaient diminué au début de la saison automne/hiver, ce qui s’était traduit par des réductions plus importantes que l’année dernière.

« Le marché a été difficile et particulièrement promotionnel dans certaines de nos principales catégories saisonnières, et nous avons réagi afin de demeurer concurrentiels pour nos clients, ce qui a eu une incidence sur notre rentabilité « , a déclaré M. Bucher.

 

Il a déclaré que la première semaine de la vente de l’après-Noël avait été « inférieure aux attentes » malgré de nouvelles baisses de prix, en particulier sur les cadeaux.

Richard Chamberlain, analyste à RBC Marchés des Capitaux, a déclaré que les problèmes de Debenhams n’étaient pas seulement le résultat de conditions de marché difficiles et d’une vente difficile après Noël. « En outre, nous pensons que Debenhams a souffert d’une offre sous-optimale de vêtements et de cadeaux et d’une dépendance excessive à l’égard des activités promotionnelles pour stimuler la fréquentation et les dépenses en ligne « , a-t-il déclaré.

Kate Calvert, analyste chez Investec, a déclaré que Debenhams a dû faire face à des pressions structurelles en raison du passage au commerce de détail en ligne, ce qui a rendu difficile l’augmentation des bénéfices au-delà de l’année prochaine. « Debenhams est toujours une entreprise en difficulté avec une base de coûts trop rigide et trop de questions sans réponse sur l’exécution et la stratégie « , dit-elle.

f }